Les Assomptionnistes en Bulgarie

L'histoire qui précède est importante car elle permet de comprendre le pourquoi de la venue des Assomptionnistes en Bulgarie en 1863.

Ce fut le pape Pie IX, celui- là même, qui avait consacré l'archevêque Sokolski, qui demanda au fondateur des Assomptionnistes, le P. Emmanuel d'Alzon, d'envoyer des religieux en Bulgarie pour s'occuper plus spécialement des Bulgares orthodoxes désireux d'entrer dans l'Eglise catholique.

Ces orthodoxes devenus catholiques furent appelés Uniates, un terme qui a aujourd'hui une résonance péjorative. Avant le mouvement oecuménique des années 1950, l'oecuménisme, du point de vue catholique, était considéré comme un retour à Rome et non pas comme une communion d'Eglises soeurs ainsi que le concile Vatican II l'a admis.

Le Père Victorin Galabert, docteur en médecine et en Droit canonique, devint le fondateur de la mission assomptionniste en Bulgarie , connue alors sous le nom de "Mission d'Orient".

Et le Père d'Alzon, pour aider les Pères, fonde une congrégation féminine "Ies Oblates de l'Assomption" qui vont créer successivement des écoles à Sofia, Yambol, Varna et Sliven. Les Assomptionnistes, eux, ont crée en 1864 la petite école primaire St André à Philippopoli en attendant d'y fonder en 1884, un collège d'enseignement secondaire, le collège Saint Augustin qui deviendra rapidement l'un des établissements les plus prestigieux des Balkans jusqu'à sa fermeture par les Communistes en 1948.

Les Assomptionnistes prennent la responsabilité de plusieurs paroisses où les deux rites, latin et byzantin cohabitent. Plusieurs Assomptionnistes se font ordonner dans le rite byzantin.

Trois séminaires sont établis et animés par les Assomptionnistes à Andrinople, Koura Kapou ( rive européenne d'Istanbul ) et à Kadiköy ( rive asiatique d'Istanbul ).

N'oublions pas qu'alors, la Bulgarie n'a pas encore conquis son indépendance mais se trouve sous l'occupation turque. Les Assomptionnistes vont du reste établir quelque 27 résidences en Turquie, fonder des missions en Roumanie, en Grèce, en Russie, en Palestine, en Yougoslavie.

La Bulgarie sera, de fait, le point de départ de cette forte présence assomptionniste en Orient. L'apostolat direct est doublé d'un apostolat intellectuel avec la création à Kadiköy en 1897 des "Echos d'Orient", du Centre des Etudes Byzantines, par Monseigneur Louis Petit, futur archevêque assomptionniste d'Athènes.

Collège St Augustin Plovdiv

En Bulgarie même, à la fin de la deuxième guerre mondiale, 20 religieux assomptionnistes de nationalité bulgare, exercent leur apostolat dans le pays, au collège de Plovdiv et dans les paroisses catholiques .

Tout est en place pour que la grande tourmente s'abbatte sur la petite minorité catholique du pays. Mais, en 1948, le régime communiste expulse tous les religieux non bulgares dont les assomptionnistes.

 

   HOME