Le nouvel Adam : l’Incarnation

 

A) ANNONCIATION

Regardons l’icône de la fête. Que voyons-nous ? Un ange descend du ciel vers une vierge pour lui annoncer la « Bonne Nouvelle ». En grec et en slavon la fête de l’Annonciation s’appelle la « Bonne Nouvelle » (Evangelismos en grec et Blagovechtenié en slavon).En effet, l’ange Gabriel annonce à Marie la plus grande des nouvelles, le début de notre salut : le Fils de Dieu devient Fils de l’homme !

                   Tropaire (cantique) de la fête :
                  Aujourd’hui notre salut commence
                  Et le mystère d’avant les siècles se manifeste.
                  Le Fils de Dieu devient Fils de la Vierge
                  Et Gabriel annonce la grâce.
                  Clamons avec lui à la mère de Dieu :
                 « Réjouis-toi, pleine de grâce,
                  le Seigneur est avec toi ! »

 

Après la lecture des récits de la création du monde, de celle de l’homme à l’image et à la ressemblance de Dieu, et puis de la chute, les questions suivantes se posent à nous :
- Comment rétablir les vrais rapports entre Dieu et l’homme ?
- Comment retrouver l’image perdue, acquérir la ressemblance avec Dieu ?
Dieu donnera la réponse : Il continuera à dialoguer avec l’homme par les Prophètes qu’Il suscitera au sein du peuple juif ; Il lui promettra le Messie, et ce peuple, malgré ses nombreuses infidélités, porte cette promesse avec foi et vit dans l’attente et l’espérance.
Pour illustrer la promesse de Dieu, lisons le texte de la Genèse que l’Eglise dans sa tradition orientale nous propose de méditer aux vêpres de l’Annonciation : l’Echelle de Jacob (Genèse 28, 10-17).

L’échelle de Jacob

« Voilà qu’une échelle était plantée en terre et que son sommet atteignait le ciel et des anges de Dieu y montaient et descendaient ! » (Genèse 28, 12).

La terre c’est nous, le ciel c’est Dieu et les deux sont réunis. Revenons à l’icône : l’ange descend du ciel vers Marie, ses ailes sont encore frémissantes du mouvement du messager : il vient du ciel de la part de Dieu. Voilà la première réalisation du songe de Jacob. Il y en aura beaucoup d’autres dont nous serons les témoins, car Jésus lui-même nous l’a promis : « En vérité, en vérité, Je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme » (Jean 1, 51). Dieu dit à Jacob : « Toutes les nations du monde seront bénies en toi et en ta descendance » (Genèse 28, 14).
La descendance d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, c’est Jésus, Saint Paul nous l’enseigne : « Or, c’est à Abraham que les promesses furent adressées et à sa descendance. L’Ecriture ne dit pas : "et aux descendants ", comme s’il s’agissait de plusieurs ; elle n’en désigne qu’un : et à ta descendance, c’est-à-dire le Christ » (Galates 3, 16).
Lorsque Dieu s’incarne, prend chair, c’est le ciel et la terre réunis. Car Il est vrai Dieu, seconde Personne de la Trinité, Il siège au ciel à la droite du Père et Il est en même temps vrai Homme, le second Adam, comme le nomme saint Paul (Adam, l’homme, signifie fait de terre, puisqu’il est formé de terre : cf Genèse 2, 7). Mais pour que ce miracle se réalise, il faut que l’homme accueille Dieu. Marie est cet accueil, lorsqu’elle consent librement à recevoir Dieu en son sein. Voici sa réponse : « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole » (Luc 1, 38).
Nous comprenons pourquoi dans nos hymnes la Mère de Dieu est appelée Echelle de Jacob, car elle est le lien entre le ciel et la terre. Ailleurs, elle est nommée Porte du ciel, car c’est par elle que Dieu fait son entrée parmi les hommes en la personne de Jésus. C’est pourquoi l’Annonciation est habituellement représentée sur les portes royales de l’iconostase (cf note A), lesquelles symbolisent les portes du Royaume des Cieux.
 

HOME