Eynar Ueda, un jeune mexicain d'origine japonaise, qui a choisi de vivre un année de volontariat à Plovdiv, nous partage ses impressions au début de son expérience...

 Dans quelques jours, cela fera deux moins et demi que je suis en Bulgarie et je peux dire que j’ai déjà vécu des choses incroyables pour moi et que j’ai connu ici des personnes très conviviales. Je n’oublierai jamais mon premier jour ici à mon arrivée.

J’étais une peu inquiet ne sachant pas ce que j’allais trouver en Bulgarie, mais en même temps j’étais très heureux de commencer une nouvelle vie ici dans cette communauté, dans cette maison.

 

Je suis arrivé avec l’espoir de faire de nouveaux amis et curieux de découvrir le pays, la langue et surtout de connaître l’église d’Orient avec ses célébrations liturgiques remplies de mystère. En même temps, j’espérais m’y trouver bien.
 
Je suis descendu de l’avion à Sofia et, je ne sais pas pourquoi parce que je devais m’y attendre, cela m’a fait un choc que les premières personnes que j’ai vues à l’aéroport aient été deux religieuses et un religieux. Mais ce n’était pas la dernière fois.

 

Après une rapide visite de Sofia et la participation à la fête des saints apôtres Pierre et Paul à la nonciature, j’ai pris le chemin pour arriver au lieu que j’appellerai mon chez moi en Bulgarie.
 
A travers l’expérience de ces deux mois, je peux dire que je commence à comprendre les jeunes sur les visages desquels se lit la fierté d’être bulgares.

 

Le style de vie à Plovdiv, très tranquille et sans stress, est pour moi un agréable changement ; cela se comprend quand on sait que les deux dernières villes où j’ai habité sont Tokyo et la ville de Mexico.

 

J’ai souvent lu sur les anciennes villes romaines dans l’Europe orientale, mais je n’avais jamais imaginé qu’un jour je verrais un spectacle sur l’histoire mouvementée de la Bulgarie dans un ancien théâtre romain.

De même, j’ai souvent lu sur le communisme, mais pour moi c’était comme une légende, une chose qu’on rencontre seulement dans les livres, un mensonge que quelqu’un avait dit pour me faire étudier jusqu’au milieu de la nuit ; maintenant je sais que c’est vrai tout ce que j’ai lu dans les livres pour passer un examen à l’université.
 
Les changements dans ma vie ont été grands, j’ai du temps pour réfléchir sur moi-même, sur le sentiment que j’ai eu un jour d’être appelé par Dieu pour une raison que je ne connais pas encore, et pour réfléchir sur mon futur et sur mon passé.

 

C’est sûr que deux mois ne sont pas suffisants pour réfléchir sur ces points, mais d’une manière particulière je suis sûr que cela s’éclaircira, parce que je sens que je suis maintenant à ma vraie place, au moment opportun, avec les personnes appropriées pour faire quelquechose d’intéressant dans ma vie, quelquechose de magnifique qui va arriver, je le sens mais sans le saisir encore.
                                                                                                                                                    
J’ai tenté de fuir l’appel du Seigneur, j’ai cherché des lieux où il ne me trouverait jamais, mais cela a été inutile parce qu’un jour, sans raison, dans un pays étranger, j’ai trouvé une maison où aller et une organisation à connaître et quelque chose de grand à découvrir.
 
Et bien maintenant, c’est moi, dans ma plus masochiste expression, je peux fuir le Seigneur et maintenant je suis perdu dans son immense gloire. Si quelqu’un m’avait demandé auparavant, je lui aurais dit que cela n’était pas possible pour moi, mais,…… Il est et maintenant je le sais.                            
 

 

Eynar                         

 

HOME