Inauguration de la nouvelle co-cathédrale catholique ‘St Joseph’

à Sofia le 21 mai 2006

 

Le diocèse catholique latin de Sofia-Plovdiv a une seconde cathédrale. L’évêque de ce diocèse réside à Plovdiv, deuxième ville du pays et centre le plus important pour les catholiques de rite latin. Ce n’est pas un hasard que ce soit justement dans cette ville, riche d’art et de culture, carrefour entre l’Occident et l’Orient, que l’Assomption garde encore une présence significative. Toutefois, les catholiques bulgares rêvaient depuis longtemps d’une cathédrale à Sofia, la capitale.
Mgr Roncalli, Délégué apostolique à Sofia de 1925 à 1935 et futur Pape Jean XXIII, qui a laissé dans le coeur des bulgares un souvenir inoubliable, a connu l’église St Joseph qui s’élevait à l’emplacement de la nouvelle église-cathédrale. Celle-ci détruite par les bombardements au cours de la Seconde guerre mondiale n’avait pu être reconstruite durant le régime communiste. C’est grâce à l’initiative des Capucins, qui ont la charge de la paroisse latine de Sofia, à de nombreux bienfaiteurs et bien sûr avec la bénédiction de l’évêque (Mgr Gheorghi Iovtchev) que cette co-cathédrale a été construite.
Dédiée à saint Joseph, elle a été consacrée par le cardinal Sodano au cours d’une célébration qui rassemblait de nombreuses personnalités politiques et religieuses. Parmi les premières, il faut souligner la présence du maire de Sofia (Mr Borissov), du vice président de la Bulgarie (Mr Marin), du Ministre chargé des Affaires européennes (Mme Kounéva, catholique) et de nombreux ambassadeurs. Du coté religieux, il y avait les représentants de toutes les principales confessions religieuses du pays, notamment les orthodoxes (représentés par les métropolites Dometian et Néophite), les musulmans, les protestants et les juifs. Les trois évêques catholiques bulgares, Mgr Gheorghi Iovtchev, Mgr Petko Christov (évêque latin pour la Bulgarie du Nord) et Mgr Christo Proykov (exarque apostolique pour les catholiques de rite oriental), ainsi qu’un évêque libanais de rite maronite et le nonce apostolique Mgr Giuseppe Leanza, ont concélébré avec le cardinal Sodano, entourés par de nombreux prêtres diocésains et religieux de toute la Bulgarie.
Dans son homélie, lue en bulgare par un jeune prêtre diocésain, le cardinal a souligné l’importance de l’évènement pour tous les chrétiens, exprimant à plusieurs reprises son action de grâce. Un passage à souligner fut la mention de nos trois martyrs assomptionnistes, mais malheureusement sans que la Congrégation à laquelle ils appartenaient ne soit précisée.
L’édifice de la cathédrale se trouve en plein centre de Sofia en face d’une autre grande ’cathédrale’ située de l’autre côté de la rue, celle de Bulbank, l’une des principales banques en Bulgarie. Signe des temps : la cathédrale du dieu argent rivalise avec la cathédrale du Dieu  aimant de l'homme et de la vie.
La nouvelle église-cathédrale, de style moderne, s’élève bien haut dans le ciel.

Son aspect très élancé souligne le caractère spirituel de l’édifice.

En entrant, ce qui frappe tout de suite c’est la présence, derrière l’autel, d’un immense Christ en croix. Son visage souffrant aux traits d’une personne âgée et ses grandes dimensions lui donne un caractère imposant qui contraste quelque peu avec le sentiment d’élévation donné par la silhouette de la cathédrale.
Il n’y a pas d’erreur possible, c’est bien une cathédrale latine. En effet, ce qui est mis en valeur et évoqué par l’aménagement intérieur, c’est l’expiation du péché de l’homme par la souffrance du Christ et son amour jusqu'à la mort pour nous libérer du mal. Personnellement je trouve ce Christ un petit peu opprimant et culpabilisant, je préfère le Christ glorieux de la tradition orthodoxe, qui nous transfigure avec sa beauté, mais cette impression, très subjective, ne m’a pas empêché de chanter avec joie le ‘Mnogaia leta’ final que l’un des représentants de l’église orthodoxe a entonné en signe de gratitude et de communion pour cet événement joyeux et significatif pour toute l’Eglise en Bulgarie.
 

P. C.

HOME