Turquie: le témoignage de Eynar Ueda

 

J’ai découvert dans ce voyage en Turquie beaucoup de choses nouvelles : la richesse culturelle de ce pays, une part nouvelle de moi-même et aussi une petite part du passé de l’Eglise. J’ai fait connaissance un peu plus avec l’Assomption, avec ses membres, son esprit, son ‘grand, grand, grand, grand, grand Père’ comme le père Bernard appelle le P. Richard Lamoureux.

Vivre dans une réalité musulmane, différente de toutes les réalités que je connais, m’a marqué et jamais je ne l’oublierai.

Etre présent à la messe présidée par le Pape et le voir a été pour moi, chrétien, une expérience forte et inoubliable ; je dois remercier Dieu de m’avoir permis de vivre cette expérience.
 

Istanbul, c’est une ville très belle, où partout on voit des mosquées et des monuments remarquables. Elle est belle de jour comme de nuit avec ses lumières, mais aussi au coucher du soleil et le matin. On peut passer de l’Asie à l’Europe avec un bateau en une demi-heure, c’est une expérience qui révèle pourquoi cette ville a une si riche histoire.


 La réponse est simple, c’est un lieu stratégique pour les deux continents. Apprendre qu’en Turquie il y a eu des conciles oecuméniques pas très loin de là où j’étais, qu’il y a une maison où peut-être la vierge Marie a habité, m’a permis de me plonger dans les racines de la foi de l’Eglise. Ecouter la prière musulmane au réveil et l’après midi, voir un peuple musulman et découvrir qu’il n’est pas différent de nous, en ce sens qu’il aime seulement un seul Dieu, qui à mon avis est le même Dieu unique pour tout le monde et tout l’univers, m’a montré notre proximité.

Voir la dévotion et la foi de ce peuple, même si elles s’expriment d’une manière différente des nôtres, voir aussi sa passion de vivre jour après jour pour tracer son chemin, tout cela est venu enrichir mon expérience.

Cette petite période en Turquie, ce voyage plein de découvertes, je l’ai fait avec des personnes très cordiales : les pères Assomptionnistes de la communauté d’Istanbul, mais aussi la communauté des oblates de l’Assomption, qui nous ont beaucoup aidés au cours de ce séjour. Le père Yves, féru d’histoire, a été un excellent guide ; le père Xavier, avec sa gentillesse et son amabilité, nous a accompagnés sur les bords du Bosphore ; Sœur Françoise et Sœur Odile nous ont régalés avec leurs bons plats ; Sœur Monica nous a aidés à nous inculturer.

Grâce à eux je me suis senti comme chez moi et pas de tout dans un pays étranger.

 Je dois mentionner aussi les pères André, Bernard et Jean-Daniel, avec qui j’ai parcouru la ville dans une ambiance très agréable.

Je veux encore remercier le père Richard d’avoir bien voulu partager avec moi. J’avais bien entendu parler de lui auparavant, mais je ne le connaissait pas personnellement, aussi j’ai été heureux de le rencontrer.

 

Merci à tous ces pères venus de Rome et au sympathique père ‘russe’.

Merci à Monseigneur Louis-Armel Pelâtre et à Soeur Felicia, Provinciale de Roumanie, avec qui j’ai visité la cathédrale un jour avant que le Pape ne vienne y célébrer la messe. Merci à lui de m’avoir permis d’entrer dans la cathédrale et à elle d’avoir été tout le temps avec nous et d’avoir rendu notre séjour plus agréable par sa présence.

Elle a montré que les Sœurs Oblates sont toujours avec les pères, qu’elles sont une partie importante de la présence de l’Assomption et qu’elles sont avec les pères en toute occasion, dans les bons moments comme dans les temps difficiles.

La messe avec le Pape Benoît XVI dans la cathédrale, où j’ai été témoin de la joie de la petite communauté chrétienne d’Istanbul, m’a donné de voir le Saint Père pour la première fois de ma vie. C’est une expérience qui m’a marqué profondément. Elle m’a permis de retrouver ma foi de chrétien, de goûter la vraie foi chrétienne, la foi en Dieu et en son Eglise. Dans cette célébration très spéciale pour moi, j’ai senti que la foi rendait tout possible, qu’on peut aller plus loin que ce que nos yeux et notre imagination peuvent envisager.

Ce voyage a été si riche que je ne peux pas tout exprimer en quelques lignes, mais j’ai essayé de faire de mon mieux. Je veux remercier tous ceux qui l’ont rendu possible. Merci aux pères de l’Assomption de m’avoir fait partager de très bons moments, aux Sœurs Oblates d’avoir été avec nous et à tous ceux qui aident cette petite âme à grandir dans l’esprit de la famille de l’Assomption.

Pendant ce voyage, j’ai retrouvé ma foi … de la Turquie il n’y a pas pour moi de meilleur souvenir.

Encore une fois, merci aux fils et aux filles d’Emmanuel d’Alzon. Je sais déjà que je veux être avec l’Assomption, il faut savoir si l’Assomption veut être avec moi.
 

Eynar Ueda

eynahen_ueda@yahoo.fr

HOME