13 novembre fête de nos trois martyrs bulgares:  

Une sainteté partagée

 

"Pouvons-nous continuer à travailler comme nous l'avons fait jusqu'à présent à semer l'esprit catholique large, ouvert à tous les peuples, à tous les rites, à toutes les coutumes? Je crois, mon Père, que oui, malgré toutes les difficultés."   

(Pavel Djidjov)


La fête de nos trois martyrs approche et encore une fois nous sommes appelés à réfléchir sur le sens de leur témoignage, sur l’importance de cet évènement, aujourd’hui, pour toute la famille de l’Assomption.
Le chemin de la sainteté n’est pas un chemin solitaire, mais il s’inscrit plutôt dans une longue histoire où la grâce de Dieu se manifeste à travers nos relations, à travers des lieux et des personnes qui nous préparent le terrain, qui nous montrent la direction.
On ne peut comprendre le témoignage de foi de nos trois pères bulgares, Kamen Vitchev, Pavel Djidjov et Josaphat Chichkov, sans rappeler tous les religieux et religieuses qui les ont précèdés et ont créé les conditions favorables à l’épanouissement de leur foi.
Cette fête du 13 novembre nous invite à élargir nos horizons.

Il faut reconnaître avec gratitude et reconnaissance que la « mission d’Orient » est le fruit du don de soi de nombreux pères et sœurs (venant d’abord de France puis de la Province de Lyon qui débordait largement les frontières de l’Hexagone) et que cette mission à l’Est de l’Europe continue son histoire grâce à la générosité de la Province de France.
Toutefois nos trois pères martyrs nous poussent à regarder encore plus en profondeur et plus loin.
Nous ne pouvons pas oublier en ce moment l’Assomption d’Afrique.

Nous pensons de façon spéciale à nos frères de la République Démocratique du Congo.

Parmi eux, il y en a qui dans leur apostolat ont risqué et risquent encore aujourd’hui leur vie ; il y en a qui ont connu la prison et ont été battus par la police.

De même, l’histoire de l’Assomption en Amérique du Sud garde le souvenir des frères qui ont connu la prison à cause de la foi.
Kamen Vitchev, Pavel Djidjov et Josaphat Chichkov nous invitent « à semer l'esprit catholique large, ouvert à tous les peuples».
Ils sont là aux côtés de nos frères fondateurs aux Philippines, au Togo.

Ils sont là de façon spéciale aux côtés de nos frères au Vietnam.
Ces trois pères sont une source vivante d’unité et de communion pour toute l’Assomption.
On pourrait faire du 13 novembre, la fête de la mémoire assomptionniste pour garder le souvenir de notre esprit missionnaire, cet esprit qui nous pousse à « nous porter là où Dieu est menacé dans l’homme et l’homme menacé comme image de Dieu » (Règle de vie n.4) .
La présence de nos trois pères martyrs parmi nous est une source vivante, où nous pouvons puiser la force, le courage et la foi nécessaires pour continuer à être fondateurs et témoins du Christ dans le monde.
Leur visage nous rappelle les visages de tous les peuples, les visages de tous les frères, sœurs et laïcs qui dans l’histoire de notre famille ont donné et continuent à donner leur vie pour le bien commun, pour la venue du Royaume de Dieu.

Cestit praznik na vsichki vas, bratia, sestri , priateli na uspenskoto semeistvo
 

Bonne fête à vous tous, frères, sœurs et amis de la famille de l’Assomption
Mnogaia leta
Ad multos annos
La communauté des pères et des soeurs Plovdiv

HOME