Mission d’Orient – Rencontre de Bucarest

27-29 mars 2005

 

Le raison d’être de la Mission d’Orient

Nos convictions

Ut unum sint – Qu’ils soient un

1 La mission d’Orient s’inscrit dans la dynamique missionarie et oecumenique de l’Eglise

Par amour du Christ et de son Eglise, nous voulons travailler à l’unité des chretiens selon les termes mêmes de la prière de Jésus à la veiile de sa passion : «  Père, que tous soient un, comme toi et moi nous sommes un afin que le monde croie que tu m’as envoyé »

 

« L’Eglise est une réalité non pas repliée sur elle-meme, mais plutôt ouverte de manière permanente à la dynamique missionarie et oecumenique, puisq’elle est envoyée au monde pour annoncer et témoigner, actualiser et diffuser le mystère de communion qui la constitue : rassembler tout et tous dans le Christ ; etre pour tous sacrement inséparable d’unité » (Ut unum sint, 5)

 

2 La mission d’Orient est un héritage qui nous a été confié.

Elle a donné les premiers saints à nos Congregations.

Notre presence en Orient, ininterrompue malgré les aléas de l’histoire et les persecutions, s’inscrit dans l’histoire de nos Congregations. Nous voulons y être fidèles comme des héritiers soucieux de valoriser ce qui leur a été trasmis. Par son apport, l’Assomption est reconnue, respectée et aimée.

Il est important de revenir aux sources, aux motivations, à l’expérience de ses fondateurs et fondatrices, de les actualiser et de trasmettre notre propre expérience. La rencontre avec les témoins passionnés d’hier et d’aujourd’hui est capitale.

 

« Ignorer l’Orient, c’est presque ignorer l’Eglise » Père Edmond Bouvy (Echos d'Orient, juin 1898)

 

Il s’agit, dans nos Congregations, de continuer à nous former tous à l’Orient, car la mémoire de l’expérience orientale (spiritualité, tradition, histoire…) est en train de se perdre. Il est urgent de la partager.

 

3 La Mission d’Orient est une « aventure » fascinante pour aujourd’hui, à la rencontre d’autres peuples et d’autres cultures, d’autres traditions et d’autres Eglises souvent blessés, d’autres spiritualités et d’autres expériences croyantes…Elle nous permet de retrouver nos racines chrétiennes (les premières communautés, le Pères de l’Eglise et les Conciles). Elle est au service de la rencontre entre les peuples, du dialogue entre Eglises et de la paix entre les peuples.

Elle se vit souvent dans la discrétion et la patience et demande une conversion personnelle pour s’ouvrir aux autres. Nous voulons vivre cette « aventure » en communautés internationales où s’expérimentent déjà la communion et la recherche de l’unité dans la diversité, et la proposer à des laics.

 

« Venez découvrir une autre façon de vivre l’Evangile aujourd’hui !L’Eglise est plus large que ce vous en connaissez ! venez respirer avec vos deux poumons ! Venez faire du neuf avec nous !… »

 

4 La Mission d’Orient a besoin de moyens et de structures pour stimuler les religieux et les religieuses qui y travaillent, pour approfondir leur reflexion et leur communion, pour suivre l’actualité de l’oecumenisme, pour trasmettre la flamme, pour servir l’unité entre nous.

 

Aussi les Assomptionnistes souhaitent la mise en place d’une structure type region (dont le statut canonique permet beaucoup de souplesse). Le Régional, inseré dans une communauté de la Mission d’Orient, aura pour tâche de dynamiser la mission, de la rendre visible dans la Congregation, d’assurer les liens avec les Oblates.

 

Les Oblates souhaitent la mise en place d’une structure qui favorise le lien entre les trois Province actuellement responsables de cinq pays sur six de la « Mission d’Orient ». Une Sœur responsable, vivant dans un de ces pays, assurera le lien et la collaboration entre les communautés oblates et assomptionnistes présentes en Orient.

 

Parmi les moyens évoqués : la prière pour l’unité des chretiens dans toutes les communautés ; des communutés internationales ; la collaboration entre Oblates et Assomptionnistes dans tous les pays de la « Mission d’Orient » ; des sessions, des retraites, des colloques, des séjours de découverte, des stages durant la formation, des études… ; la collaboration avec les laïcs sur place, sensibles à la spiritualité assomptionniste, et des coopérants ; un site internet ; des jumelages inter-Assomption (entre paroisse, entre œuvres…) ; des pèlerinages avec NDS ; la participation au Pèlerinage national- international

 

HOME